PORTRAITS

Jean‑Claude Brialy

Une vie entre théâtre, film et écriture

Jean-Claude Brialy est un acteur, réalisateur, scénariste et écrivain français, né le 30 mars 1933 à Aumale, en Algérie, et mort le 30 mai 2007 à Monthyon (Seine-et-Marne). Issu de la Nouvelle Vague du cinéma français, il a joué dans plus de deux cents films au cours d’une carrière commencée en 1956 et a côtoyé de grands réalisateurs tels que Louis Malle, Claude Chabrol, François Truffaut ou Éric Rohmer mais aussi Philippe de Broca. Vedette (Le Beau Serge) ou second rôle, il a été nommé pour le César du meilleur acteur dans un second rôle avec Le Juge et l’Assassin en 1977 et l’a remporté avec Les Innocents en 1988.

Naissance

Nomination pour le César du meilleur acteur dans un second rôle avec Le Juge et l’Assassin

Il devient directeur du Festival d’Anjou

Il remporte le César du meilleur acteur dans un second rôle pour Les Innocents

Il décède le 30 mai au Château de Monthyon, en Seine-et-Marne

TOUT SAVOIR SUR

Jean-Claude Brialy

1. Pour découvrir et redécouvrir le jazz

Qu’est-ce que le jazz ? D’après le célébrissime Wikipedia, il s’agit d’une « Musique issue de la musique profane des Noirs des États-Unis, caractérisée par une articulation particulière du rythme et du phrasé (le swing). » Derrière cette définition un peu barbare pour les newbies de la chose, retenons surtout le dernier mot : « swing ». C’est justement ce qui rend cette musique aussi unique et entraînante. Vous savez, le swing, c’est ce qui vous fait taper du pied en rythme sans que vous ne vous en rendiez compte, c’est aussi ce qui vous fait vous dandiner d’un pied sur l’autre ou pour les plus introvertis, ce qui vous fait hocher discrètement de la tête. C’est donc cette musique qui vous traverse, vous emporte, vous fait tomber amoureux en deux secondes et vous donne des frissons à vous en faire décoller l’échine. Bref, il s’agit de la première raison de venir (absolument !) au Saveurs Jazz Festival !

2. Pour avoir une autre vision de l’Anjou bleu

Ahhh l’Anjou bleu, ses ardoises, ses rivières et son ciel si bleu. Tout est bleu en Anjou bleu, des chocolats aux camions touristiques. Si vous ne connaissez pas, sachez que l’Anjou bleu est là pour vous accueillir le temps d’une semaine, d’un week-end ou même d’une journée. Entre amis, en famille, entre collègues… vous pourrez notamment descendre à 126 mètres sous terre et découvrir les vestiges d’une ancienne mine d’ardoise, la Mine (tenez-vous bien…) Bleue ! En vrac, vous pourrez aussi découvrir la friche industrielle (et désormais artistique) de Centrale 7, vous pourrez déjeuner à bord du bateau l’Hirondelle sur l’Oudon, faire du canoë ou encore prendre un apéro perché dans les arbres (et oui !). Bref, une deuxième raison évidente et nécessaire. On n’oublie pas non plus que comme tout festival de jazz qui se respecte, le Saveurs Jazz Festival a lui aussi un petit côté bleuté (vous savez, la note bleue, tout ça…).

3. Pour profiter d’une après-midi / soirée les pieds dans l’herbe à déguster des glaces bio

Savez-vous que le Saveurs Jazz Festival a principalement lieu dans un grand parc arboré à seulement 25 minutes d’Angers ? Vous passerez 4 jours les pieds dans l’herbe à dodeliner de la tête. Ou bien vous somnolerez pendant la sieste musicale, protégé des rayons du soleil par l’immense saule pleureur qui borde l’Oudon. Glaces artisanales bio, bières du coin et fouées, vous aurez le choix pour vous régaler et retrouver votre zénitude. En Anjou bleu, on prend son temps, et c’est la troisième raison qui me donne toujours envie de venir au Saveurs Jazz (pour les intimes).

C'EST PAR ICI !

(en fonction)