ON A TESTÉ POUR VOUS

La Mine Bleue

Ça vous dit de descendre à 126 mètres sous terre ?

Pauline 2

Aujourd’hui je vous emmène à 126 mètres sous terre pour découvrir ce qui se passe au cœur de l’ardoise. C’est une visite unique en Europe qui vous attend, alors ajustez votre casque bleu, rendez-vous au cœur de la Mine Bleue !

Pauline de l’Office de Tourisme

Tout a commencé un samedi matin ensoleillé du mois de mai où mon fils Gustave et moi-même avons décidé de découvrir un lieu plutôt hors du commun : la Mine Bleue. Après s’être coiffés d’un casque bleu pour moi, blanc pour mon fils, notre guide nous a expliqué que nous allions prendre un ascenseur pour descendre à 126 mètres sous terre. Si profond ? Une petite appréhension me guette, mais je fais la fière pour ne pas effrayer mon fils qui lui semble s’amuser comme un fou et n’attend qu’une chose, prendre l’ascenseur et voir à quoi ça ressemble en bas.

La descente est la première expérience, une immersion dans le monde souterrain qui fut le théâtre d’événements historiques importants. L’ascenseur peut faire penser à celui de Disneyland® dans la maison hantée, mais ce qui nous attend est bien moins effrayant et plus passionnant ! Tel le professeur Lidenbrock et son neveu dans le roman d’aventures de Jules Verne, nous démarrons notre Voyage au centre de la terre

Le guide nous précise que la descente est terminée, déjà ? Et oui, il ne faut que quelques minutes pour arriver dans les entrailles de la terre. Les portes de l’ascenseur s’ouvrent et l’immersion est totale ! La pierre est omniprésente autour de nous et une fraîcheur nous enveloppe (il fait toujours 13 degrés en fond de mine).

Après quelques minutes de marche, nous arrivons dans une salle plus grande où nous comprenons mieux le travail de l’époque, le quotidien des mineurs pour descendre en fond de mine et la difficulté du métier. Tout autour de nous, nous ne voyons que du schiste. Les salles et les galeries sont taillées à même la roche et des « souvenirs » de mineurs sont présents partout (des fils électriques où ils pouvaient brancher une ampoule pour s’éclairer par exemple).

Nous sommes ébahis par la taille de certaines chambres d’extraction, elles sont aussi grandes qu’une salle de concert !
Mon plus beau souvenir reste la salle où on nous explique ce qu’est « l’or du fou », mais ça, il faudra visiter la mine pour le découvrir !

Visiter une mine d’extraction d’ardoise est une expérience unique, que nous n’avons pas l’occasion de vivre tous les jours et qui nous permet aussi d’apprécier le confort de nos vies aujourd’hui, en comparaison avec celles des mineurs d’antan. Et dire qu’elle est restée ouverte jusqu’en 1936 !

Gustave passe un bon moment et a l’air d’apprécier être le petit « chef éclaireur » de notre aventure sous terre, il a des étoiles pleins les yeux lors de notre remontée sur la « terre ferme » si je puis dire. Comme quoi, avoir les pieds sur terre, enfin même sous terre, c’est le pied !
Alors vous attendez quoi pour venir ?

Pauline

Tisseuse de toile et d’imaginaire